Archives de catégorie : Actualités

Jean-Claude Philipot, candidat sortant au Comité Central et à nouveau candidat

Youtube censure une vidéo sur l’immigration postée par le gouvernement polonais

Vu sur FDSOUCHE:

“Cette vidéo sur l’immigration postée sur le compte du ministère de l’intérieur polonais a subi la censure de Youtube. Elle ne peut pas apparaître dans les résultats de recherche et on ne peut pas arriver dessus via des suggestions liées à des vidéos que vous regarderiez. On ne peut pas non plus donner un avis, commenter ou sauvegarder la vidéo dans une liste de lecture sur son compte.

Traduction automatisée de la description de la vidéo:
Le gouvernement PiS s’est retiré de la décision nuisible du gouvernement PO-PSL de faire venir des immigrants du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord en Pologne. Nous avons été les premiers à dire que tous les immigrants ne sont pas des réfugiés, mais seulement quelques-uns fuient la guerre et la terreur. Deux ans après l’opposition du gouvernement polonais à l’admission des immigrants illégaux, les dirigeants européens commencent à comprendre l’absurde politique de réinstallation forcée des réfugiés”.

POUR UNE AUTRE EUROPE, CELLE DES NATIONS, RESPECTUEUSE DE NOTRE IDENTITÉ CIVILISATIONNELLE ET DE NOTRE DROIT A ETRE MAÎTRE CHEZ NOUS !!!

IL EST TEMPS, AVANT QU’IL NE SOIT TROP TARD, DE SE DÉBARRASSER DU POLITIQUEMENT CORRECT, DE CETTE PENSÉE UNIQUE QUI NOUS ENCHAÎNE, ET DE CONSTRUIRE UNE EUROPE DES NATIONS, RESPECTUEUSE DES PAYS QUI LA COMPOSENT ET ATTENTIVE PROTÉGER NOTRE EUROPÉANITÉ

CONSEIL MUNICIPAL DE REIMS (13/11/2017)

Nous avons voté contre la création de 5 nouveaux adjoints au titre d’adjoints de quartier ( incidence budgétaire mais surtout créations tardive et non nécessaire jusque là, probablement pratique pour préparer les prochaines élections …).

Le conseil municipal du 13 novembre avait un point fort institutionnel : le débat d’orientation budgétaire 2018. Vous trouverez dans l’extrait de vidéo notre point de vu .

Oui, l’actuelle majorité met en œuvre son programme et sous l’action de son adjoint finances, les services financiers gèrent au plus juste, mais la politique d’aides au commerce de centre ville est annihilée. Par ailleurs, le niveau d’emprunt très supérieur à la moyenne nationale au moment ou l’État annonce des réductions importantes dans ses allocations, et les garanties d’emprunt égales à 4 fois ses rentrées de fonctionnement quand Emmanuel Macron étudie une baisse des APL de 60€ dans le cadre de la maîtrise du déficit budgétaire. Les sociétés HLM vont rapidement se retrouver en difficulté si cette mesure est prise, alors arrêtons d’avoir une politique de logement qui est un appel d’air à toujours plus d’immigration pour ne pas dire privilégiant le migrant au citoyen, arrêtons de ruiner la France et la ville.

Cohérent avec cette attitude, le FN n’a voté de garantie d’emprunt que pour la réhabilitation d’un foyer médicalisé et la garantie de prêts déjà accordées mais aux conditions à des conditions plus avantageuses de garanties déjà accordées. Par contre nous avons voté contre les autres garanties d’emprunt.

Nous avons également voté contre la convention financière et convention pluriannuelle d’objectifs pour le Manège de Reims qui monte ou promeut des spectacles immigrationnistes ( cf. Scènes d’Europe 2017) ou volontairement en rupture avec tout principe normatif, si ce n’est une transgression systèmatique de toute règle, bienséance, tradition. Cette intervention a donné lieu à une vive réaction du maire, suivie de son adjoint pour la culture, et appuyée par la gauche qui sait très bien que ce type de spectacle a permis son arrivée au pouvoir en France en 1981 et tout le parti qu’elle peut encore en tirer aujourd’hui. Elle a compris les enseignements de Gramsci. Les UMP/LR pas.
A noter comment la gauche tient en otage ceux qui se disent de droite avec les remontrances de Frédéric Bardoux approuvant le maire pour sa vive réaction à mes propos mais lui reprochant de ne pas avoir agi de même quand j’ai critiqué la politique migratoire.  Il est là dans le jeu de la gauche depuis 40 ans, consistant à dicter à la “droite” ce qu’elle peut et doit dire, le type d’ “oeuvres”   à promouvoir,  avec qui on peut ou non faire des alliances électorales…Quand est-ce que ceux qui prétendent être une alternative à la gauche comprendront que leur réponse servile ne sert que les intérêts électoraux de la gauche ou maintenant de La République en Marche?

A l’exception de Roger Paris qui travaille à titre personnel le dimanche et qui s’est désolidarisé avec cette position, nous avons enfin voté contre la dérogation au travail du dimanche (12 dimanches) pour le commerce de détail en dénonçant comment cette mesure, instituée sous une loi votées alors qu’Emmanuel Macron était ministre de l’économie participe à ce détricotage en cours du code du travail voulu par cet ancien cadre de la banque Rothschild et ne permet pas au salarié de refuser de travailler le dimanche sans risque pour son emploi.
Le libéralisme non encadré, non régulé par l’Etat, c’est la liberté pour celui qui a le pouvoir de privilégier le profit personnel au bien commun, d’écraser le prolétaire, celui qui n’a que ses bras, son savoir-faire et son savoir-être pour vivre et qui a le choix entre accepter ou perdre sa place après quelques refus…

Jean-Claude PHILIPOT

Président du groupe FN

LE SITE FRONT NATIONAL REIMS EST RÉACTIVÉ

Afin d’assurer une meilleure concentration des vecteurs d’information pour la campagne présidentielle les sites FN avaient été réduits avec une cible d’un par département (celui de la fédération). C’est ainsi que depuis plus d’un an et demi le site Front national Reims avait été mis en sommeil.

Il est à nouveau possible de disposer d’un site local, plus adapté à l’information relative aux actualités d’une commune, à faire connaître l’action des élus locaux et à commenter les décisions politiques locales.

Le site Front National Reims est donc réactivé et va diffuser des informations dans les directions précitées, ce qui ne veut pas dire qu’il ne puisse, à la marge, reprendre des articles nationaux, diffuser un lien vers les sites de mise en ligne ou en écrire sur des sujets plus généraux, dépassant la seule sphère locale.

Nous allons cependant nous efforcer pour réserver 70 % des mises en ligne ( en terme d’espace de publication) aux informations locales ou régionales.

Le site produira par ailleurs des textes qui seront communs avec la page Facebook Reims Bleu Marine ou ma page Facebook personnelle et à mon compte Twitter et évidemment pourra également renvoyer au site FN51, la page Facebook de la Fédération FN de la Marne.

Cette réactivation du site s’inscrit pleinement dans l’action de refondation de notre mouvement qui va se traduire par une plus grande participation de tous à l’élaboration d’un outil politique destiné à redresser la France, à la sortir de la situation mortifère dans laquelle l’a conduite de folles politiques menées depuis près de 40 ans.

Bonne lecture et n’hésitez pas à prendre contact pour faire part de vos propositions et, évidemment, pour nous rejoindre.

Jean-Claude Philipot
Responsable FN Reims (Cantons 11 à 19)
Président de groupe FN au conseil municipal de Reims et au Conseil communautaire Grand Reims

Conseil communautaire du 30 mars 2016

Lors du dernier conseil communautaire du 31 mars (cf. vidéo) nous avons voté pour toutes les délibérations à l’exception des suivantes :

CC 2016-23 : Complexe Aqualudique. Lancement de la procédure de délégation de service public

Nous nous sommes abstenus, en rappelant les concessions désastreuses qui ont été faites en matière autoroutière avec une opération très juteuse pour de grandes sociétés prives et considérant qu’une gestion en régie serait plus adaptée. Nous nous sommes par ailleurs abstenus en considérant qu’il n’y avait dans les documents mis en intranet pour le conseil aucun dossier permettant d’arriver à la conclusion que le meilleurs choix possible était celui proposé par la délibération.

CC 2016-35 :  Zone d’Aménagement Concerté (ZAC) Cernay/Saint-Léonard.Dossier de réalisation.Avis de Reims Métropole

Tous les 10 ans les terres agricoles d’environ un département français disparaissent, certes pour de l’habitat, mais bien plus encore pour laisser place à des zones d’activité.

L’actuelle majorité présidentielle a décidé à juste titre de forcer les communes à utiliser plus rationnellement l’espace. Cependant, on créé probablement encore trop de ZAC, chaque commune désirant en avoir une pour elle. La création d’une nouvelle ZAC induit d’ailleurs souvent la mort ou la réduction d’une autre ( exemple : ZAC de Murigny mise à mal par la ZAC de Cormontreuil).

Nous avons voté contre en considérant qu’il y a lieu de mieux utiliser l’existant.

CC 2016-41: Coopération décentralisée.Projet d’amélioration du service de l’eau potable dans les communes du Burkina Faso (PASEP III)

Nous considérons que la France soit intervenir pour aider l’Afrique à sortir de la précarité et pour supprimer ainsi une des raisons incitant aux flux migratoires. Cela fait d’ailleurs parti dans le programme 2012 pour les présidentielles, partie « politique étrangère » de la proposition 6 « (Une grande politique de développement de l’Afrique. L’Afrique est aujourd’hui abandonnée aux puis-sances émergentes, la Chine, l’Inde, le Brésil et même la Russie qui revient. Nous voulons rompre avec la France-Afrique corruptrice et poser les bases d’une politique africaine fondée d’une part sur un respect réel des souverainetés nationales africaines, d’autre part sur un soutien fort par l’Etat français des investissements privés français en Afrique en échange d’une inversion des flux migratoires ».

Le type d’aide ici proposé a l’inconvénient de ne se faire ni dans ce cadre, ni dans celui d’une maîtrise d’oeuvre française afin de mieux s’assurer du bon emploi des crédits prévus, ni sous cette condition relative aux flux migratoires.

Nous considérons d’autre part que ce type d’intervention n’est pas de la compétence d’un ECPI.

Pour ces raisons nous avons voté contre cette délibération tout en saluant le projet.

Conseil municipal du 14 mars 2016

Nous mettons en lien la vidéo de la ville relative au conseil municipal du 14 mars.

Il est conseillé à ceux qui n’ont pas pu y assister de regarder les conseils et de prendre connaissance de nos positions. On se reportera alors au numéro des délibérations CM-2016-42, CM -2016-44, CM-2016-51, CM-2016-51 pour lesquelles nous avons voté contre et la délibération CM-2016-46 que nous avons votée, avec explications de ma part.

Nous avons voté favorablement à l’ensemble des délibérations proposées à l’exception des suivantes:

  1. CM-2016-42: Nous tenons à approuver l’actuelle majorité pour l’orientation générale du projet qui tend à introduire un peu plus de verdure, donc de vie et d’harmonie à Reims, connue pour être une des villes françaises les plus minérales.

    Cette transformation ne devra évidemment pas se faire sans perdre de vue les besoins de stationnement tant des Rémois que des personnes venant de l’extérieur. Dans ce domaine, d’autres villes ont su choisir des solutions intéressantes. On pense ici à Strasbourg où le stationnement à l’extérieur ne représente pas pour autant un risque pour la sécurité des voitures ou une dépense exagérée pour les automobilistes par le lien ticket de stationnement-accès pour les automobilistes (conducteurs et occupants) au tram. Pourtant, même si le projet est intrinsèquement excellent, nous nous sommes abstenus, non au regard de son objectif, mais:
    – Premièrement en raison de la fusion de deux décision, l’une sur le composition d”une commission dans laquelle le Front National est absent et d’un vote décidé sans mise en oeuvre  du bulletin secret.

    – Deuxièmement en raison du coût total  des études relatives à ce projet (3,1 millions d’euros), sauf à ce que dans le terme études on comprenne la maîtrise d’oeuvre et la réception des travaux ( mais alors la délibération est mal rédigée). Le Projet n’aurait-il pas d’ailleurs pu être élaboré directement par la direction de l’urbanisme,  sans avoir recours à des cabinets privés?

    – Troisièmement en raison du coût estimé des travaux ( 21 millions TTC dont 18 pour la vielle de Reims) qui semble un peu démesuré par rapport au projet tel qu’il est décrit.

    – Quatrièmement, mais ici la remarque est à la marge, en raison du montant de l’indemnisation de chacun des trois cabinets d’études présélectionnés        dans cet appel d’offes restreint (50 000 € par candidat). Certes celle-ci est obligatoire selon l’article 74 du code des marchés publics, doit correspondre à 80 % du montant estimé des coûts ( donc 68 000 €) mais aurait pu éventuellement être revu à la baisse.

    Nous n’avons donc pas voté contre ce projet, mais nous nous sommes simplement abstenus pour qu’il n’y ait pas de confusion entre tout l’intérêt que nous portons à cet aménagement urbanistique et son environnement extrinsèque (mode de désignation du jury, absence de dossier venant à l’appui de cette délibération, choix relatifs pour l’étude et montant estimé des travaux qui ne sera évidemment pas revu à la baisse par les cabinets d’architecture et les entreprises.

  2. CM -2016-44 Attribution de subventions. Nous avons voté toutes les subventions (toujours présentées globalement dans le cadre d’une liste et sans dossier explicatif joint) à l’exception de celles pour l’Association pour le développement de Radio Primitive et  de celle pour la LICRA au regard du caractère politique de ces associations qui à ce titre ne possèdent pas de caractère général ( selon le critère retenu pour ces aides). Pourquoi aider ces associations, qui ne se privent pas de militer contre nous et nos idées; ou alors il faut aussi subventionner des associations proches de nous.

  3. CM-2016-51 Médiaction. Ligue de l’enseignement. Attribution de subvention. Convention. Nous avons voté contre au regard du caractère politique de la Ligue de l’enseignement.
  4. CM-2016-71 Street Art. Convention de partenariat avec la Poste. Nous avons voté contre au motif que des expositions de “street art” organisées par la ville, même, avec impression non permanente, ne peuvent qu’inciter les “plasticiens” de cette mouvance à pérenniser les expositions en dehors de ces lieux  autorisés et des périodes choisies ainsi qu’avec des peintures permanentes.

A NOTER par ailleurs que, contrairement à notre ligne de conduite permanente de  refus de l’augmentation des garanties d’emprunt qui se rapprochent du MILLIARD d’euros, soit plus de trois fois le budget de la ville de Reims, nous avons exceptionnellement voté positivement à la délibération CM-2016-46 au profit du centre médico psycho pédagogique des établissements d’enseignement de la région de Reims ( acquisition d’un local immobilier) au regard de son objet et de la garantie hypothécaire au profit de la ville.

Jean-Claude Philipot

Président du groupe FN au conseil municipal et au conseil communautaire de Reims Métropole.

 

 

 

Communiqué sur le 19 mars 1962

Ci-après le texte transmis par courriel  à l’Union, à France 3 et à l’Hebdo du vendredi  ce 17 mars 2016.

 “Des commémorations relatives à la guerre d’Algérie  sont organisées le 19 mars dans diverses villes de France. La ville de Reims a eu la sagesse de ne pas s’associer.

 La participation du Président de la République à l’une d’elles est particulièrement scandaleuse. Aucun de ses prédécesseurs n’avait consenti à la faire, conscients  du véritable génocide contre nos frères d’armes Harkis et des milliers d’Européens qui a suivi cette signature”

Jean-Claude Philipot
Président du groupe FN au conseil municipal et à Reims métropole

PS je vous retransmets ci-joint le texte de Louis Aliot, député européen, vice-président du Front national sur cette date et la scandaleuse participation du Président de la République à une de ces célébrations. Elle rappelle bien des vérités historiques aujourd’hui étouffées.
______________________________________________

Nanterre, le 16/3/2016

Communiqué de Louis Aliot
Député Français au Parlement Européen
Conseiller municipal et communautaire de Perpignan

“Le Président de la république, en participant aux commémorations du 19 mars 1962, va porter atteinte à la mémoire des anciens combattants Français, harkis et rapatriés de la guerre d’Algérie. On peut choisir n’importe quelle date sauf le 19 mars avait pourtant averti François Mitterrand le 24 septembre 1981.

Cette date n’est pas celle de la paix, mais celle du déchaînement de la violence et d’un génocide. Après cette date, plusieurs centaines de soldats et plusieurs milliers de civils français et musulmans ont été enlevés et assassinés ou ont disparu, et 150.000 Harkis ont été sauvagement torturés ou mis à mort par le FLN socialiste et ses complices dans les semaines qui ont suivi le soi-disant cessez-le-feu.

Comme le reconnaîtra l’ancien leader FLN Hocine Aït Ahmed «…Il y a eu envers les pieds-noirs des fautes inadmissibles, des crimes de guerre envers des civils innocents et dont l’Algérie devra répondre au même titre que la Turquie envers les Arméniens.»

Commémorer le 19 mars 1962 constitue une insulte pour tous, militaires, harkis, et civils de toutes origines et de toutes religions tombés pour la France avant et après cette date.

Le 19 mars 1962 est la conséquence directe de la défaite politique négociée, acceptée et assumée par le gouvernement gaulliste de cette époque ! Il est pour de nombreux français la marque d’un abandon et d’une tragédie qui aura coûté la vie à des milliers de civils innocents !

Parce qu’il est le Président de tous les Français, le Président de la république ne devrait pas participer à ces commémorations à moins qu’elle ne soit une énième concession faite au pouvoir pourtant peu démocratique Algérien à l’identique de celle qui a consisté à remettre la Légion d’Honneur au ministre saoudien de l’intérieur”.

 

Conseil municipal du 1 février 2016: la dépense publique commence fort

La ville de Reims a mis en ligne le dernier conseil municipal. On pourra écouter avec intérêt la vidéo, notamment pour prendre connaissance des positions de prudence en matière  de gestion qui ont été les nôtres, même si le maire, M. Arnaud Robinet a commenté les propos que j’ai tenus en essayant, parfois, de sous-entendre ce qui n’était pas dit.

Quatre interventions:

Délibération    2016-1  (cf. vidéo à 3′ 22″- 5′ 55″): en un seul vote, il s’agissait de voter  10 400 000 millions d’euros (M€) de subventions pour 15 structures bénéficiaires sans aucun dossier sur les résultats 2015, sans renseignement sur les projets et moyens et modes de fonctionnement pour 2016. Nous avons cependant voté pour tous les dossiers sauf 3 pour lesquels nous nous sommes abstenus:

  • maisons de quartiers (3,955 M€);
  • la Comédie(1,749 M€);
  • le Manège ( 1,438 M€).

Est-on pour autant contre les maisons de quartiers (3,955 M€)? Contre la culture, comme le dira lors de la délibération 2016-24 le maire de Reims? Evidemment non, mais il est normal qu’un élu, que tout citoyen, puisse avoir des explications détaillées sur leurs réalisations et résultats comptables, ne serait-ce que pour mieux proposer un ciblage de dépenses.

Délibération 2016-8 (cf. vidéo à 13’56” – 14’57”): 8,7 M€ de nouvelles garanties d’emprunt alors que la ville garantit déjà plus de 934,5 M€.  Notre vote contre est celui de la prudence alors que la ville est bien plus endettée que la moyenne des villes de sa strate selon l’expression du ministère de l’économie( =de son type).

Délibération 2016-24 (cf. vidéo à 45’06- 54’42): Un aménagement de l’office du tourisme à 500 000€ (dont 375 000€ de travaux) destiné  à présenter le projet de” grand musée” (la note de synthèse reçue  en fond de dossier parle « d’une vitrine …du futur musée »). La note cite certes d’autres objectifs intéressants, mais la rédaction semble leur attribuer une place secondaire. Or la construction de ce “grand musée” n’a pas été décidée en conseil municipal.

Nous avons voté contre ce projet et il est quelque peu calomnieux pour le maire de dire en séance que nous sommes contre la culture et contre Fujita. Nous avons la pleine conviction que la vraie culture, celle qui s’inscrit dans une tradition, qui reste après l’embrasement du temps présent, est nécessaire à l’homme pour dépasser la matérialité des choses et mieux se retrouver dans l’universalité de la nature humaine comme dans son propre  enracinement. Donc nous ne pouvions que voter contre cette aide sur un projet de nouveau musée non décidé en conseil municipal.   malgré tout l’intérêt pour Fujita, qui parti de l’Orient et a su, tout en embrassant la foi catholique, être à al fois  un grand artiste dans la tradition iconographique japonaise comme dans l’approche européenne du beau.

M. Robinet dit que l’extension de ce nouveau musée se fera sur l’emprise actuelle et que ce point est connu depuis longtemps? Fort bien, mais pourquoi alors, sur le site de la ville on a toujours sa phrase de 2014 sur l’incertitude de son emplacement alors que la page a été mise à jour le 25 novembre 2015 et précise “Le projet scientifique et culturel du nouveau Musée des Beaux-arts est maintenu et des études sont en cours concernant le lieu d’implantation.”?

Délibération 2016-24 (cf. vidéo à 1h02′ 09″)- 1h02’09”) : Nous avons salué le caractère exemplaire du compte rendu de l’exercice 2014 ( documents comptables et bilan qualitatif joints), mais nous nous sommes cependant abstenus au regard du déficit mais surtout du pourcentage d’aides publiques( 64,76%).

La raison de cette abstention? Certes un déficit pour 2014 de près de 70 000€ (soit 2,3% des recettes) mais surtout une interrogation, que je n’ai d’ailleurs pas développée lors du conseil sur le plafond possible des aides dans un organisme de ce type au regard de retombées économiques et sociales à préciser. Aucun jugement, mais une question  générale à creuser en matière d’aide avec une réponse qui n’est pas obligatoirement défavorable aux organismes et association, certaines, notamment à caractère humanitaire, pouvant naturellement être aidée à 100% sous réserve qu’elles aient bien une action pour les citoyens  français effectifs.

Jean-Claude Philipot

Président du groupe Front National au conseil municipal et à Reims métropole.

Conseil de Reims métropole du : Un barrage au FN à la légalité douteuse

 Je mets en ligne la lettre transmis le au Préfet de la Marne le 24 décembre 2015 relative au conseil communautaire de Reims Métropole du 14 décembre. Elle décrit ce que je considère comme une procédure contraire à  la légalité ou qui, pour le moins, si une jurisprudence n’exitait pas encore en la matière, représente un déni de démocratie.

L’enregistrement de cette affaire peut être écoutée en cliquant sur la délibération CC-2015-177 de la vidéo du conseil communautaire du 14 décembre 2015.

Jean-Claude Philipot,

Président du groupe FN au conseil municipal et conseiller communautaire.

                                                                                         Reims, le 24 décembre 2015

Monsieur le Préfet de la Marne

(Contrôle de légalité)

1 Rue de Jessaint

51000 Châlons-en-Champagne

(Lettre recommandée avec accusé de réception)

Monsieur le Préfet,

Dans le cadre du contrôle de légalité, j’ai l’honneur d’appeler votre attention sur les conditions de vote de la délibération n° CC-2015-177 du dernier conseil communautaire de Reims métropole (cf. décision jointe).

Il s’agissait de remplacer Mme Orélie Mingolla au conseil d’administration de l’ESAD et M. Roger conseiller communautaire démissionnaire aux organismes extérieurs où il était représentant de Reims Métropole ainsi qu’à trois commissions.

S’agissant du vote relatif au remplacement de Mme Mingolla, il n’y a pas de problème particulier.

S’agissant par contre du remplacement de M. Paris, on peut considérer que les conseillers n’ont pas été laissés libres de leur vote.

En effet, pour ce qui est du votre relatif aux organismes extérieurs, après que M. Stéphane Joly ait indiqué que conseillers de Reims de gauche présentaient des candidats pour les organismes extérieurs et que Mme Catherine Vautrin, présidente de Reims Métropole, ait annoncé un vote à bulletin secret, M. Arnaud Robinet , maire de Reims a déclaré que les membres de sa majorité n’y participeraient pas.

Par la suite, les autres maires ont indiqué que les membres du conseil communautaire de leur commune ne participeraient également pas au vote.

Agissant ainsi, alors que M. Robinet et les autres maires auraient pu simplement inviter les conseillers de leur majorité à voter pour tel ou tel candidat, à s’abstenir au vote ou à voter blanc, ils ont de fait interdit ceux-ci à voter dans un sens ou un autre sauf à ce qu’ils désavouent publiquement leur maire.

La démarche, alors même qu’un vote à bulletin secret est annoncé et acté, vient vicier le principe du vote à bulletin secret.

S’agissant du vote relatif à la représentation aux commissions, c’est cette fois les conseillers de gauche , c’est M. Joly qui ont indiqué qu’ils ne participeraient pas au vote qui, lui a eu lieu publiquement, mais qui ne pouvait pas poser problème s’agissant de la mise en œuvre du principe de l’art. L. 2121-22 du CGCT qui permet de garantir l’expression pluraliste des élus Les conseillers communautaires, hors ceux de Reims élus à gauche, ont participé et n’ont pas fait d’opposition à la désignation de M. Jean-Claude Philipot. Une opposition de l’assemblée aurait d’ailleurs donné lieu de ma part à un recours devant le tribunal administratif.

La procédure spécieuse initiée par M. Arnaud Robinet est d’ailleurs à mettre en liaison avec le vote d’une délibération d’un conseil municipal de Reims qui devait designer le conseiller communautaire dont le mandat devait être conservé et, où, à bulletin secret le groupe Front National avait pu maintenir ses deux représentant au détriment d’un conseiller communiste en raison du vote d’un conseiller municipal non FN venant abonder le vôte FN. Le maire de Reims, se doutant que le vote au profit de notre candidat ( Michelle Larrère) ne devait provenir que d’un membre de sa majorité avait alors essayé vainement de savoir qui avait pu ainsi voter pour nous. La méthode choisie lors de ce conseil communautaire, lui permettait d’éviter qu’une situation comparable ne se renouvelle.

J’appelle aussi à cette occasion votre attention sur le fait que l’extrait du registre des délibérations mis en ligne ne traduit que partiellement ce qui s’est passé ( conseillers ayant participé au vote et résultats de ceux qui ont voté), mais qu’il ne fait pas état de la situation décrite plus haut qui peut être constatée sur l’enregistrement non encore mis en ligne mais qui peut-être évidemment demandé.

Par contre, mais ce problème serait dû à une contrainte de logiciel, le récapitulatif des votes ( dernière ligne de l’extrait du registre des délibérations), mentionne 74 vote pour, 0 contre et 0 abstention, ce qui ne correspond pas à la réalité des faits.

Avec mes remerciements, je vous prie d’agréer, Monsieur le Préfet, l’expression de ma haute considération.

Conseil municipal du 17 décembre 2015

Nous avons attendu la mise en ligne du conseil municipal du 17 décembre pour écrire cet article. Lorsque le conseil communautaire du 13 décembre sera en ligne un complément d’informations sera donné ( un article a déjà été publié sur ce conseil).

Je souligne ici toute l’importance de ce conseil où a été voté le budget primitif de 2016, budget qui n’avait pas fait l’objet de débat d’orientation budgétaire lors du précédent conseil au regard d’un choix de l’actuelle majorité après concertation préalable de celle-ci avec l’opposition de gauche ( choix que nous n’avions pu qu’avaliser en le découvrant en séance).

On s’intéressera ici notamment:

  • à l’intervention de Roger Paris et à la réponse du maire suite à ses propos sur le résultat des régionales ( choisir CM 2015-331 entre  38’10 et 38’40);
  • au vote du budget primitif de 2016 qui voit l’endettement de la ville, déjà bien supérieur à celui de la strate des villes de sa catégorie, augmenter de plus de 9%. ( choisir CM 2015-331 ou  entre 3′.50″ et 1h40′ 21″), avec mon intervention entre 39’40” et 44’12”;
  • le vote sur l’application du titre III, chapitre I relatif aux exceptions au repos dominical de  loi n° 2015-990 du 6 août 2015 “pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques”  (CM 2015- 356 ou entre 2h13’10 et 2h28’40”). j’y ai dénoncé le détricotage du système de protection sociales élaboré puis voté au XIXième siècle par des homme comme  René de Latour du Pin , Albert de Mun, élus d’une droite nationale catholique plus à droite que le FN, avec l’appoint de vote de  vrais socialistes; détricotage  aujourd’hui effectué par la fausse gauche et les descendants des libéraux versaillais. On notera au passage le mensonge historique du conseiller municipal communiste, par ailleurs secrétaire départemental du PC, qui m’accuse de révisionnisme lorsque je rappelle l’origine des lois sociales et qui prétend qu’elles trouvent leur origine dans le Conseil national de la Résistance!!!Comme si il avait fallu attendre 1945 ou même le début du XXième siècle pour que, par exemple, le travail des enfants dans les mines soit interdit!                                                                                                                                     Oui, plus que jamais, nous devons être attentif à veiller à ce qu’un libéralisme sauvage, non régulé par l’Etat, qu’un libéral mondialisme partagé par la fausse gauche et la fausse droite, ne vienne écraser ceux qui n’ont que leurs bras et la nation pour  seule richesse.

Jean-Claude Philipot

Président du groupe FN au conseil municipal

Conseiller communautaire de Reims métropole