Conseil municipal du 29 mars 2018

Plusieurs commentaires s’agissant du conseil municipal du 29 mars 2018:

I) Ma question orale relative à la prévention des approches volontaires ou involontaires des oeuvres d’art exposés dans les musées, notamment Musée des Beaux Arts de Reims.

(cf. extrait de la vidéo du conseil municipal)

“Monsieur le Maire,

Le 8 décembre 2017 je vous avais transmis une question orale pour le conseil municipal du 18 décembre 2017 relative à la dégradation d’un Corot dont l’information avait fini par « fuiter » après plusieurs mois, et je vous posais quelques questions relatives aux mesures que vous aviez décidées de prendre pour prévenir une nouvelle dégradation.

Cette question, pourtant bien reçue par votre cabinet, a été oubliée et jamais posée et j’ai alors transmis le document la presse le soir même.

Je me permets aujourd’hui de reposer ses grands axes et de faire des propositions complémentaires au regard de la situation actuelle.

1) Je proposais la mise en place d’un système d’alarme lorsqu’une personne s’approche trop d’un tableau. Un tel système, qui peut se faire sur toute une longueur de mur, est efficace et en place dans d’autres musées européens ; il ne repose pas sur une technologie à un coût disproportionné avec les capacités de la ville de Reims. Je proposais a minima, s’il fallait attendre le nouveau musée pour mettre en place ce dispositif, un système de cordon d’éloignement comme on en voit aussi et qui peut, d’ailleurs, ne pas être exclusif du premier dispositif.

2) Aucune décision nouvelle n’est intervenue depuis. Alors, au regard du constat selon lequel une affluence trop importante peut plus facilement permettre une nouvelle dégradation, je vous propose les deux nouvelles mesures complémentaires suivantes par rapport à celles citées plus haut :

– la limitation du nombre des visiteurs présents dans le musée, ce qui suppose un système de comptage des entrées et sorties ;

– la fin de l’entière gratuité de visite le premier dimanche de chaque mois avec le paiement d’un euro symbolique par personne, quel que soit son âge, ou le mécanisme de l’inscription préalable la veille de la visite sur une tranche horaire de d’1h30, ce qui, même en attendant la mise en place d’un décompteur des personnes présentes dans les salles, devrait permettre de réduire et réguler l’affluence des 1er dimanches de chaque mois”.

En réponse à cette question, notons que le maire a mentionné la réponse écrite qu’il m’a faite après le conseil du 8 décembre et ses propos qui précisent clairement que cette question orale qu’il me propose de poser au conseil du 30 mars relève de son bon vouloir et que par ailleurs, s’agissant d’une question de sécurité il y avait un inconvénient à ce qu’elle soit posée en plein conseil qui est public.

Je n’ai pas eu la possibilité de répondre à cette remarque, les questions orale n’ouvrant pas à débat selon ce que le maire de Reims avait déjà antérieurement rappelé, aussi je le fais ici:

a) pouvoir poser une question orale en plein conseil ne relève pas de son bon vouloir, mais du Code Général des Collectivités Territoriales (art. L2121-19) et par accessoirement du règlement intérieur du conseil municipal;

b) certes le maire m’a fait une réponse écrite à la question orale envoyée, mais cette dernière ne saurait remplacer une réponse publique et  ne répondait pas à toute ma question.  Par ailleurs, cette nouvelle question orale pour le conseil du 29 mars fait de nouvelles  propositions par rapport à celle de décembre au regard d’une situation restée préoccupante.

c) Pascal Labelle, adjoint culture indique qu’un système comme je le propose n’est mis en place dans les musées que pour des oeuvres particulières, qu’il est sensible, se dérègle, provoque des déclenchements intempestifs, est d’un coût démesuré.

C’est là confondre un système d’alarme antivol effectivement spécifique avec une simple barrière électronique telle qu’on en trouve par exemple dans les sous-sols du Musées du Mont des Arts de Bruxelles, pour éviter que les visiteurs ne touchent de simples restes de fondations dans des salles non gardées. Par ailleurs, les barrières, les rideaux électroniques sont fiables et je ne pense pas d’un coût exorbitant pour une ville comme Reims qui dépense des centaines de milliers d’euros pour un festival de type “Electricity”, “Magnifique Sociéty” ou “Scènes d’Europe”, ou pour d’autres dépenses…

 

II) Vote du groupe Reims Bleu Marine pour ce qui est de la délibération 2018-54

(Cf. Extrait Video du conseil municipal)

Texte de l’intervention:

“Les élus Reims Bleu Marine ( Front national et droite indépendante) voteront pour l’ensemble des aides à l’exception des suivantes :

1) Au titre de la commission culture, relations internationales

– Catégorie « Fontionnement » :

Radio primitive (4500€)

– Catégorie « Action projet «»:

Radio primitive (10 000€).

2) Au titre de la commission solidarités santé

– Catégorie « Fonctionnement « :

LICRA ( 1900€) ;

Exaeco (9500€) ;

– Catégorie « Projet ou action » :

Radio primitive (4000€).

_____________

Je précise par ailleurs pour la presse, qui dans le cadre d’une désinformation habituelle à notre égard a déjà parfois laissé entendre que nous étions contre les subventions en général, que nous votons donc pour un total de subvention de 2 006 329€ sur 2 036 229, soit plus de 98,5 % des subventions proposées.”

S’agissant de la réponse du maire, il n’y a eu comme d’habitude que l’amorce de débat et il m’a tout de suite coupé lors de ma réponse, mais j’ai pu cependant citer l’arrêt n°1602967 du Tribunal administratif de Nantes ayant annulé une aide de la ville de Nantes à une association LGBT au regard de sa promotion de la PGA, “contraire à l’ordre public français, pénalement réprimée” et faisant que cette subvention ne pouvait “être regardée comme exempte de tout motif politique”.

Arnaud Robinet, maire LR (tendance pro LREM) a certes indiqué qu’Aexéco ne faisait pas la promotion de la PGA, mais cette association qui fait tout de même des interventions en milieu scolaire, en a évoqué le principe d’une façon qui en fait explicitement la promotion. Exemple, le futur débat qu’elle organise en avril.

Catherine Vautrin a par ailleurs sorti un couplet sur Radio primitive et toute ses actions dans les cités.

Jean-Claude Philipot

Président du groupe Reims Bleu Marine au conseil municipal de Reims et au conseil communautaire du Grand Reims

Conseiller national FN