Conseil municipal du 14 mars 2016

Nous mettons en lien la vidéo de la ville relative au conseil municipal du 14 mars.

Il est conseillé à ceux qui n’ont pas pu y assister de regarder les conseils et de prendre connaissance de nos positions. On se reportera alors au numéro des délibérations CM-2016-42, CM -2016-44, CM-2016-51, CM-2016-51 pour lesquelles nous avons voté contre et la délibération CM-2016-46 que nous avons votée, avec explications de ma part.

Nous avons voté favorablement à l’ensemble des délibérations proposées à l’exception des suivantes:

  1. CM-2016-42: Nous tenons à approuver l’actuelle majorité pour l’orientation générale du projet qui tend à introduire un peu plus de verdure, donc de vie et d’harmonie à Reims, connue pour être une des villes françaises les plus minérales.

    Cette transformation ne devra évidemment pas se faire sans perdre de vue les besoins de stationnement tant des Rémois que des personnes venant de l’extérieur. Dans ce domaine, d’autres villes ont su choisir des solutions intéressantes. On pense ici à Strasbourg où le stationnement à l’extérieur ne représente pas pour autant un risque pour la sécurité des voitures ou une dépense exagérée pour les automobilistes par le lien ticket de stationnement-accès pour les automobilistes (conducteurs et occupants) au tram. Pourtant, même si le projet est intrinsèquement excellent, nous nous sommes abstenus, non au regard de son objectif, mais:
    – Premièrement en raison de la fusion de deux décision, l’une sur le composition d”une commission dans laquelle le Front National est absent et d’un vote décidé sans mise en oeuvre  du bulletin secret.

    – Deuxièmement en raison du coût total  des études relatives à ce projet (3,1 millions d’euros), sauf à ce que dans le terme études on comprenne la maîtrise d’oeuvre et la réception des travaux ( mais alors la délibération est mal rédigée). Le Projet n’aurait-il pas d’ailleurs pu être élaboré directement par la direction de l’urbanisme,  sans avoir recours à des cabinets privés?

    – Troisièmement en raison du coût estimé des travaux ( 21 millions TTC dont 18 pour la vielle de Reims) qui semble un peu démesuré par rapport au projet tel qu’il est décrit.

    – Quatrièmement, mais ici la remarque est à la marge, en raison du montant de l’indemnisation de chacun des trois cabinets d’études présélectionnés        dans cet appel d’offes restreint (50 000 € par candidat). Certes celle-ci est obligatoire selon l’article 74 du code des marchés publics, doit correspondre à 80 % du montant estimé des coûts ( donc 68 000 €) mais aurait pu éventuellement être revu à la baisse.

    Nous n’avons donc pas voté contre ce projet, mais nous nous sommes simplement abstenus pour qu’il n’y ait pas de confusion entre tout l’intérêt que nous portons à cet aménagement urbanistique et son environnement extrinsèque (mode de désignation du jury, absence de dossier venant à l’appui de cette délibération, choix relatifs pour l’étude et montant estimé des travaux qui ne sera évidemment pas revu à la baisse par les cabinets d’architecture et les entreprises.

  2. CM -2016-44 Attribution de subventions. Nous avons voté toutes les subventions (toujours présentées globalement dans le cadre d’une liste et sans dossier explicatif joint) à l’exception de celles pour l’Association pour le développement de Radio Primitive et  de celle pour la LICRA au regard du caractère politique de ces associations qui à ce titre ne possèdent pas de caractère général ( selon le critère retenu pour ces aides). Pourquoi aider ces associations, qui ne se privent pas de militer contre nous et nos idées; ou alors il faut aussi subventionner des associations proches de nous.

  3. CM-2016-51 Médiaction. Ligue de l’enseignement. Attribution de subvention. Convention. Nous avons voté contre au regard du caractère politique de la Ligue de l’enseignement.
  4. CM-2016-71 Street Art. Convention de partenariat avec la Poste. Nous avons voté contre au motif que des expositions de “street art” organisées par la ville, même, avec impression non permanente, ne peuvent qu’inciter les “plasticiens” de cette mouvance à pérenniser les expositions en dehors de ces lieux  autorisés et des périodes choisies ainsi qu’avec des peintures permanentes.

A NOTER par ailleurs que, contrairement à notre ligne de conduite permanente de  refus de l’augmentation des garanties d’emprunt qui se rapprochent du MILLIARD d’euros, soit plus de trois fois le budget de la ville de Reims, nous avons exceptionnellement voté positivement à la délibération CM-2016-46 au profit du centre médico psycho pédagogique des établissements d’enseignement de la région de Reims ( acquisition d’un local immobilier) au regard de son objet et de la garantie hypothécaire au profit de la ville.

Jean-Claude Philipot

Président du groupe FN au conseil municipal et au conseil communautaire de Reims Métropole.